P

PAUL Jean Marie

jean-marie-paul-copyright.jpg

Jean Marie PAUL est né au lieu dit Lannuchen en Le Folgoët (29) le 1 er mai 1891. Quatrième enfant d'une fratrie de 9,  il est le troisième fils de Michel et Marie Perrine Edern.En 1912, Jean Marie,alors âgé de 20 ans est appelé à faire son service militaire. Il est incorporé au 118 ème Régiment d’Infanterie de Quimper le 8 octobre 1912.

Lorsqu'en août 1914 la guerre est déclarée, Jean Marie est donc encore sous les drapeaux. Le 8 août, il s'embarque avec son régiment à la gare de Quimper pour rejoindre le front . De ce jour, Jean Marie sera de toutes les batailles du 118 ème jusqu'au 16 juin 1916, date où il passe au 219 ème RI.

Il est fait prisonnier le 27 mai 1918 alors que son régiment combat en forêt de Pinon aux Chemin des Dames. De sa captivité je n'ai que peu d'éléments à par ceux tirés des souvenirs de mon grand père et de ses frères et soeurs : Jean Marie était prisonnier dans un camp en Allemagne où il travaillait dans une mine à l'extraction du charbon.

Il rentre en Fance en janvier 1919 avec dans ses bagages un carnet de guerre qui sera malheureusement détruit par la suite. Il se marie en 1925 avec Anasthasie Le Guen avec laquelle il aura 10 enfants.

Jean Marie décéde en 1972 entourés de ses enfants et de ses nombreux petits enfants.

PENNAGUEAR Henri François Angel

Né le 10/5/1890 à Trégarantec (29)
Mobilisé (SA) sergent fourrier

Clerc minoré, Diocèse de Quimper

Mort pour la France le 27/8/1914 Chaumont-Saint-Quentin (Ardennes)

* Médaille militaire posthume 7 mai 1921 (JO 18 mai 1922
«Sous-officier brave et énergique. Est glorieusement tombé le 27 aout 1914, à Chaumont-Saint-Quentin en contre attaquant l’ennemi. Croix de guerre avec étoile d’argent . »

POCHET Jean René Marie

Né le 4/02/1889 lieu-dit : Kerjop , Plomelin (29) fils de René, journalier et de BOLZER Marie Anne

clerc tonsuré des Picpusiens


Matricule449 Recrutement Quimper
Revenu de Belgique, mobilisé (SA) 2ème classe
+ 22/08/1914 Maissin (Belgique) disparu au combat
NB il a disparu au combat prudence dans le texte du JO de la citation et le livre du clergé+ 27/08/1914 Sedan et le 118ème était bien à Maissin le 22 et à Sedan le 28  Jugement 02/07/1919 Quimper Transcrit 01/08/1919 Plomelin
 
* Médaille militaire posthume 28 juin (JO 7 nov 1920)
«Très bon soldat. Tombé glorieusement pour la France le 27 aout 1914 à Sedan . Croix de guerre avec étoile de bronze » 

Commentaires (1)

Dominique PETIT
  • 1. Dominique PETIT | 20/11/2016

Bonjour
Voici un petit résumé de l'histoire de Henri Noël PETIT qui a combattu dans les rang du 118 du 17/11/16 au 27/05/18
Si vous le désiré j'ai une photo de lui dans la tranchée et une autre à la fin de la guerre.

Né à Boubiers dans l'Oise le 25 décembre 1897. Fils de Anatole Charles PETIT et de Claire Armande FÉGUEUX.

Incorporé le 10 janvier 1916 au 72ème Régiment d’Infanterie (72e RI). Transféré le 19 juillet 1916 au 128ème Régiment d’Infanterie (128e RI), puis le 17 novembre 1916 au 118ème Régiment d’Infanterie (118e RI), Il monte en ligne pour son baptême du feu le en première ligne dans le secteur de Damloup (Verdun) en tant qu'agent de liaison . le 29 novembre il est affecté au 2ème Bataillon, 2ème Compagnie de Mitrailleuses. Nommé caporal le 21 mars 1917.

Participation à la bataille de Verdun, Chemin des Dames 16 avril 1917, et capturé lors de la déferlante sur le Chemin des Dames du 27 mai 1918. Intoxiqué par les gaz le 22 octobre 1917 à la Malmaison (Chemin des Dames). Porté disparu le 27 mai 1918 sur le Chemin des Dames devant la ferme de Hurtebise ( creute de la Somme), avis n° 673 X du 28 juillet 1918. Libéré le 12 novembre 1918 à côté de Lièges. Henri PETIT a été cité deux fois.

1ère citation à l'ordre du 118ème Régiment d’Infanterie, n° 675 du 31 octobre 1917, avec attribution de la Croix de Guerre (étoile de bronze) :
« Excellent chef de pièce, a assuré le service de sa pièce malgré un violent bombardement à gaz toxique. »
2ème citation à l'ordre de la 22ème Division d’Infanterie, n° 186 du 8 avril 1918 (étoile d'argent) :
« Jeune caporal plein d'entrain, a été pour ses hommes un modèle d'endurance et d'énergie pendant la période du 25 au 31 mars. »

Décoré de la Médaille Militaire par décret du 31 décembre 1937, n° 502645 et nommé au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, sceau de l'ordre n° 1170 MR 80 du 1er juillet 1980.
Henri Noël PETIT, est décédé à Chaumont-en-Vexin (Oise), le 14 août 1988.

Henri Noël PETIT à la fin de la guerre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×